Un film à multiples résonances

image ecoute ca

L’année s’est terminée en beauté pour l’équipe Loupiote. Le 26 juin a eu lieu la première projection de son dernier court-métrage, Ecoute ça, réalisé avec la complicité de 24 élèves de l’Athénée Royal Paul Delvaux d’Ottignies. Ceux-ci, curieux de découvrir les coulisses du Septième Art, se sont penchés plus particulièrement sur le travail du son au cinéma. C’est donc dans cette logique qu’ils ont créé, à travers ce projet dédié à l’univers sonore, un scénario traitant du danger pour les jeunes générations de « faire péter les décibels » dans leurs casques MP3 !

Bande annonce Ecoute ca from Loupiote Asbl on Vimeo.

 

« Découvrir de nouvelles choses, apprendre les techniques du cinéma, faire un projet de classe hors du commun », voici ce qui a motivé Morigane qui, par ailleurs, interprète Nancy, le personnage principal du film. Et Thomas de poursuivre : « Ce qui m’a plu, c’était l’initiation aux techniques de cinématographie, car voulant travailler dans le domaine de l’audiovisuel plus tard, c’était intéressant ». Un apprentissage qui s’avère d’ailleurs payant pour Lola : « Je regarderai un film différemment par rapport à la mise en scène, au son, aux acteurs et à leur manière de jouer. »

Mais au-delà de la découverte du Cinéma, ces élèves de 4ème secondaire ont aussi tenu à délivrer un message à travers ce court-métrage. Thomas voulait « faire réfléchir les jeunes quant à l’usage des MP3 ».

« Nous espérons aboutir à une prise de conscience auprès des jeunes », avoue Céline. « Ce film pourrait être présenté de manière préventive par rapport aux soirées que les jeunes font, de sorte à apprendre à faire attention à leur ouïe, au danger du volume sonore », complète Lola.

Ces jeunes auteurs sont eux-mêmes les premiers surpris du film et des pistes de réflexion qu’ils ont émis. « Faire circuler des idées concrètes à travers des images oblige à réfléchir », confie Morigane. Pierre, lui, « s’est rendu compte qu’il pouvait y avoir des dangers à écouter trop fort la musique ». Pour arriver à leurs fins, les élèves ont consacré beaucoup de temps à ce projet. Du coup, leur performance à l’écran en bénéficie. D’autant que pour réaliser un film traitant du son, il faut forcément apprendre à s’écouter, ce qui a certainement soudé davantage cette jeune équipe. Thomas témoigne d’ailleurs : « les impros ont eu pour effet de rapprocher la classe ». « Ca m’a permis de mieux me connaître intérieurement », reconnaît Pierre.

En conclusion, ces cinéastes en herbe semblent retirer de cette expérience une belle aventure humaine. « Nous étions tous déjà assez proches mais ça crée des souvenirs », admet Morigane. Une aventure qui, d’ailleurs, ne s’arrêtera pas là, puisqu’une projection au sein de l’école sera organisée par la classe à la rentrée afin de présenter le projet au reste de l’école. En espérant que le film continuera à faire beaucoup de bruit !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s