Court-métrage à Ottignies: « Écoute ça! »

Casque, micros, perche, bruitages, montage sonore… La prise de son au cinéma n’a plus de secret pour les 24 élèves de 4ème Secondaires de l’Athénée Royal Paul Delvaux d’Ottignies qui viennent de participer, devant et derrière la caméra, au tournage d’un film réalisé en collaboration avec l’Asbl Loupiote.

Le son… c’est abstrait, invisible, plus difficile à saisir que l’image… Alors comment peut-on apprendre à le travailler ?

Image

Toute une technique ! Dans un premier temps, les élèves ont décortiqué des bandes son issues de films de fiction, ce qui leur a permis de prendre conscience de l’influence (énorme !) du son sur leurs perceptions, en tant que spectateurs. Ils sont ensuite partis « à la chasse au son », tels des explorateurs à l’affût, casque sur les oreilles et micro en main, afin de réaliser eux-mêmes des bandes son aux atmosphères différentes, parfois douces et harmonieuses, parfois psychédéliques ou totalement effrayantes…Bref, autant de petits bouts d’histoires qui auront servi de base à la création d’un scénario.

Du coup, les décibels sont montés sur les lieux du tournage… Ambiance de fête, musique et danse à la lumière des projecteurs… Car l’histoire du court-métrage se déroule dans le repère de Jérôme, un jeune garçon livré à lui-même qui a aménagé l’atelier de son père en lieu de rassemblement après les cours… Jusqu’au jour où sera organisée une « battle » de DJ entre deux filles de l’école, que la compétition poussera loin, jusqu’à monter toujours plus haut le volume du son dans les oreilles, un peu trop même…

Ce film met donc en garde sur l’accoutumance qu’ont certains jeunes à des volumes sonores excessifs.

OTTIGNIES

Il est l’aboutissement d’une dizaine d’ateliers qui se sont réalisés dans le cadre d’un appel à projet du CSEM (Conseil Supérieur de l’Education aux Médias), et sera projeté fin juin à l’Athénée d’Ottignies, en présence de notre équipe et de Monsieur Van Cutsem, professeur de morale qui a accompagné ses élèves tout au long du projet.

Le saviez-vous? À partir de 80 décibels (ce qui équivaut par exemple au bruit d’une rue au trafic dense), le son devient dérangeant… À partir de 90 DB (tondeuse à gazon, chien qui aboie…), le son devient dangereux, mais la douleur auditive ne se fait ressentir qu’à partir de 110 DB (discothèque, mp3 à fond, klaxon, avion au décollage…). Prudence donc!

image ecoute ca2

Au-delà des troubles liés à l’ouïe, la pollution sonore est aujourd’hui un vrai problème de santé publique, surtout dans les villes. Elle engendre bien souvent stress, fatigue irritabilité, voire, état dépressif…

Plus d’infos sur la thématique ?

http://www.audioprothesiste-lyon.com/ados-et-musique-le-v…

Et si vous souhaitez vous aussi devenir créateur de montages sonores, vous pouvez télécharger gratuitement le logiciel Audiacity via le lien ci-dessous :

Audacity-logo-r-full-whitebg

http://audacity.sourceforge.net/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s